01 47 03 15 90

Gratuit / lundi-vendredi 9h-18h

Siège social
11, boulevard Brune
75014 PARIS

Dax Sud-ouest
120, avenue G.Clémenceau
40100 DAX

Auto-entrepreneur et Portage salarial : quelles différences ?

5/5 (2 votes)

Vues : 241

L’auto-entrepreneur (micro-entreprise) et le Portage salarial sont deux solutions qui permettent de tester une nouvelle activité en Freelance. Toutefois, elles ne s’adressent pas tout à fait aux mêmes profils. Nous allons voir en quoi elles diffèrent. Nous vous proposons une synthèse des avantages et inconvénients de chaque solution. 

Ces deux possibilités sont très simples à mettre en place mais diffèrent sensiblement dans leur fonctionnement. Gardez néanmoins à l’esprit que ce sont deux solutions flexibles et vous pourrez facilement passer de l’une à l’autre, voire de les cumuler. On vous explique comment.

Femme avec collier les yeux levés au ciel

Quelles conditions d’accès ?

L’auto-entrepreneur est ouvert à la fois aux métiers de négoce (achat et vente de produits) ainsi qu’aux métiers de service.

Le Portage salarial n’est accessible qu’aux métiers de service. De plus, le Portage salarial n’est pas adapté aux métiers de service à la personne (garde d’enfants, soutien scolaire, travaux ménagers, etc.).

Contrairement au statut d’auto-entrepreneur, le Portage salarial est soumis à l’obligation de verser un revenu minimum au travailleur indépendant. Il faut, par conséquent, générer un minimum de chiffre d’affaire d’environ 250 € par jour pour bénéficier de ce dispositif, ce qui exclut les activités avec de trop faibles revenus.

Combien de temps pour démarrer ?

Devenir auto-entrepreneur se fait en quelques clics par une déclaration sur Internet.

Le Portage salarial est presque aussi rapide à mettre puisqu’il vous faudra généralement moins de 48 heures pour démarrer votre activité après avoir choisi votre société de Portage salarial. 

Quelle autonomie ?

Comme d’autres statuts possibles en Freelance, l’auto-entrepreneur et le Portage salarial vous laissent une totale indépendance dans le pilotage de votre activité. Vous êtes autonome dans le choix de vos clients, la fixation de vos prix et les conditions de réalisation de vos prestations

En Portage salarial, si le contrôle est limité, il existe néanmoins sur quelques aspects :

  • Votre société de Portage salarial peut vous refuser une mission si elle estime que cette activité est contraire à la réglementation du Portage salarial ou si elle n’est pas couverte par son assurance en responsabilité civile et professionnelle.
  • Vous devrez remettre tous les mois à votre société de Portage salarial un compte-rendu d’activité pour qu’elle puisse facturer et établir votre bulletin de salaire.
  • Votre société de Portage salarial peut vous refuser le remboursement de vos frais professionnels qui ne répondent pas aux conditions imposées par la réglementation.

Quelle gestion administrative ?

Les deux dispositifs offrent une même facilité de gestion.  L’auto-entrepreneur doit gérer sa facturation, tenir sa comptabilité et déclarer ses revenus tous les mois mais ces formalités sont très allégées (ce qui en fait l’une de ses forces). 

En Portage salarial, c’est encore plus simple car toute la gestion administrative est prise en charge par la société de Portage salarial. Le Freelance « salarié porté » est totalement déchargé de cette gestion.

Quelles charges sociales ?

L’auto-entrepreneur paie des cotisations sociales correspondant à 22,9% de son chiffre d’affaires pour une activité de service. En Portage salarial, le travailleur freelance devra verser environ 50% de son chiffre d’affaires à la société de Portage salarial pour payer les cotisations patronales et salariales (environ 40%) et les frais de gestion de celle-ci (entre 5% et 12% selon les sociétés de portage salarial et les services demandés).

C’est une différence significative entre ces deux dispositifs mais il doit être nuancé car le coût du Portage salarial est essentiellement lié à la protection apportée par le statut de salarié. Cette protection inclut la couverture chômage, la retraite, l’accès à une mutuelle d’entreprise, l’assurance professionnelle, l’accès à la formation professionnelle continue, etc. Une partie de ces cotisations constituent donc une rémunération différée car elles fonctionnent comme une assurance (santé, chômage, retraite).

Quel chiffre d’affaires ?

L’auto-entrepreneur n’exige aucun minimum de chiffre d’affaires. Ce statut possède toutefois un plafond de chiffre d’affaires de 70 000 € (pour une activité de service). Au-delà, vous devrez soit continuer dans le régime classique de l’entreprise individuelle (avec des charges sociales à 45% et des contraintes déclaratives), soit choisir un autre statut (le Portage salarial peut alors être une solution). 

A contrario, le Portage salarial ne possède pas de plafond de chiffre d’affaires. Toutefois, bien qu’il ne possède pas de minimum de chiffre d’affaires, la réglementation impose un minimum de salaire. Votre société de Portage salarial exigera donc en pratique que vous facturiez un minimum de chiffre d’affaires journalier ou horaire pour pouvoir continuer à bénéficier du dispositif. Il faut compter environ 250 € HT minimum par jour ou 35 € HT de l’heure (selon votre mode de facturation).

Quelle TVA ?

Contrairement au Freelance en Portage salarial, qui, sauf exception, doit facturer ses prestations avec une TVA de 20%, l’auto-entrepreneur bénéficie d’une franchise de TVA jusqu’au plafond de 33 200 € (pour une activité de service). C’est un réel avantage si vous facturez des particuliers car ceux-ci n’ont pas la possibilité de récupérer cette TVA. Cela n’a pas d’incidence si vous facturez des entreprises qui peuvent déduire cette TVA.  Pour cette raison un particulier raisonnera toujours en prix TTC alors qu’une entreprise raisonnera en prix hors-taxe.

Quels frais professionnels ?

L’un des avantages du Portage salarial par rapport à l’auto-entrepreneur est que les frais professionnels peuvent faire l’objet d’un remboursement dont le montant vient s’ajouter au salaire (sous réserve de fournir les justificatifs nécessaires). En tant qu’auto-entrepreneur, vos frais professionnels ne sont pas déductibles. Leur coût TTC constitue donc une perte directe de revenus.

Quelle protection sociale ?

La protection sociale de l’auto-entrepreneur est quasi inexistante, sauf à vous tourner vers des assurances privées complémentaires onéreuses. 

En Portage salarial, vous possédez le statut de salarié et vous bénéficiez de tous les avantages liés à ce statut :

  • affiliation au régime général de la sécurité sociale
  • possibilité de demander l’ouverture de vos droits au chômage en cas d’inactivité
  • affiliation au régime de retraite des salariés
  • accès à une mutuelle d’entreprise
  • accès à des plans d’épargne salariale (seulement chez certaines sociétés de portage)
  • etc.

Quel accompagnement ?

Contrairement au statut d’auto-entrepreneur, en Portage salarial, vous bénéficiez d’un accompagnement qui dépendra de la société de Portage salarial choisie :

  • Aide dans la recherche de missions
  • Assistance juridique pour rédiger et négocier vos contrats de service
  • Accompagnement dans vos choix de formation
  • Participation à des évènements de networking, etc.

En Portage salarial, vous bénéficiez du droit à la formation continue. Celui-ci n’est pas automatique pour l’auto-entrepreneur. Il est subordonné à une cotisation volontaire (le plus souvent omise).

Pourquoi passer de l’auto-entrepreneur au Portage salarial ?

Il existe plusieurs raisons pour passer du régime de la micro-entreprise au Portage salarial :

  • Vous avez atteint le plafond de chiffre d’affaire autorisé autorisé
  • Vous avez un grand nombre de frais professionnels que vous souhaitez vous faire rembourser
  • Vous avez des problèmes de trésorerie et le Portage salarial vous avance un minimum de salaire tous les mois, voire la totalité (service proposé par certaines sociétés de Portage)
  • Vous souhaitez  bénéficier d’une meilleure protection sociale (chômage et retraite) sur le long terme
  • Vous ciblez des clients grands comptes qui refusent de travailler avec des auto-entrepreneurs.

Comment cumuler auto-entrepreneur et Portage salarial ?

Vous pouvez légalement cumuler le statut d’auto-entrepreneur avec le Portage salarial. Toutefois, vous devez en théorie exercer une activité professionnelle distincte pour chaque dispositif.

Nous vous conseillons donc de ne pas avoir les mêmes clients en auto-entrepreneur et en Portage salarial car vous pourriez risquer un redressement par l’administration. Vous pouvez, par exemple, facturer vos clients les plus importants en Portage salarial et continuer à facturer les autres comme auto-entrepreneur.

miniature de l'auteur

Cette page a été rédigée par
Vincent Ribaudo, Directeur général de Prium Portage
Suivez Vincent sur Twitter chevron droit

étoile Noter
commentaire logo Commenter
étoile Partager

Tout ce qu’il faut savoir pour démarrer en Freelance