5 choses à savoir sur le métier de courtier immobilier

17 février 2021

5/5 (3 votes) -

Vues : 253

- 4 minutes

Un index indique la touche bleu "Courtier immobilier" d'un clavier d'ordinateur

Vous vous apprêtez à acheter un bien immobilier ? Pour vous accompagner dans vos démarches, notamment lors de votre demande de prêt, il se peut que vous fassiez appel à un courtier. On vous dit tout ce que vous devez savoir sur ce professionnel du crédit immobilier !

1 – Un courtier immobilier est un expert du crédit

La première chose à savoir sur le métier de courtier immobilier, c’est que ceux qui l’exercent sont des acteurs incontournables du marché de l’immobilier… et du crédit ! Ce métier qui fait appel à de nombreuses compétences nécessite en effet une habilitation spécifique pour pouvoir être exercé : l’habilitation IOBSP (Intermédiaire en Opération de Banque et Service de Paiement). S’il n’existe pas de parcours spécifique pour devenir courtier, il est impératif de posséder un diplôme, une certification ou une expérience professionnelle dans le domaine de la banque, du droit et des assurances.

Au-delà de sa formation initiale, l’expertise du courtier immobilier repose sur sa parfaite connaissance du secteur bancaire et de ses évolutions, puisqu’il collabore tous les jours avec un large réseau de partenaires bancaires. Il connaît parfaitement les banques, leurs offres de prêts, leurs conditions, les dossiers qu’elles privilégient, et surtout, les taux qu’elles proposent à chaque profil. Pour chaque emprunteur, le courtier immobilier sait à quelle banque il doit s’adresser en priorité !

2 – C’est lui qui monte votre dossier pour vous

Faire appel à un courtier immobilier, c’est mettre toutes les chances de votre côté pour obtenir un crédit au meilleur taux et aux meilleures conditions. Et cela commence dès le montage de votre dossier ! Bien avant de se mettre à chercher la meilleure offre ou d’entamer une quelconque négociation, le montage du dossier est une étape majeure de la recherche d’un financement. En effet, plus votre dossier sera solide, plus les banques se montreront arrangeantes !

Le rôle du courtier immobilier est donc de vous aider à monter un dossier complet et attrayant pour les banques. Il vous aide à regrouper l’ensemble des justificatifs relatifs à votre situation familiale et professionnelle et s’assure qu’il ne manque rien. Il étudie les différentes pièces et s’assure qu’aucune pièce ne manque afin de présenter un dossier complet aux banques, qui n’auront alors aucun temps à perdre à vous demander des pièces supplémentaires. Son analyse poussée de votre dossier vous permet alors de gagner du temps lors de vos demandes de prêt tout en vous offrant une marge de négociation au moment de payer les frais de dossier.

3 – C’est lui qui démarche les banques et négocie votre prêt

Si le courtier immobilier accorde une grande importance au montage de votre, c’est bien la négociation qui constitue son cœur de métier. Après vous avoir aidé à monter votre dossier, le courtier immobilier va pouvoir se mettre à ma recherche de la meilleure offre de prêt. Il compare alors les offres des différents organismes de crédit, démarche pour vous banques susceptibles d’accepter votre demande de prêt…

Il vous fait donc gagner du temps et de l’énergie en vous évitant de nombreuses heures au téléphone et de multiples rendez-vous en agence. En tant que professionnel du crédit immobilier, il compte de nombreuses banques parmi ses partenaires et dispose d’un réseau d’interlocuteurs privilégiés. Il saura donc s’adresser à la bonne personne pour que le traitement de votre dossier se fasse dans les meilleurs délais.

Au-delà d’un certain temps, le courtier immobilier vous fait aussi gagner de l’argent ! Comme il bénéficie d’une relation privilégiée avec les banques, qui lui font confiance et bénéficient de son travail d’analyse, il dispose d’une plus grande capacité de négociation, que ce soit en termes de TAEG ou de conditions de prêt.

4 – Il vous accompagne du début à la fin de votre projet

Monter un dossier, démarcher les banques… Ce n’est que le début de la mission d’un courtier immobilier ! Après avoir contacté les différentes banques susceptibles d’accepter votre dossier, le courtier immobilier vous donne une estimation du coût de votre crédit. Il vous aide ensuite à obtenir un accord de principe de la part d’une ou plusieurs banques. C’est une sorte de premier avis positif, qui n’est pas une offre de prêt à part entière, mais signifie que vous êtes sur la bonne voie.

Lorsque votre dossier est définitivement validé par la garantie et l’assurance, vous pouvez vous rendre en agence pour valider les conditions de l’offre de prêt et lancer son édition. Vous recevez ensuite votre offre de prêt officielle par courrier recommandé. Après 10 jours de délai de réflexion obligatoire, vous pouvez renvoyer l’offre signée pour signifier votre accord. Pendant ce laps de temps, votre courtier vous aide à vérifier que les conditions négociées ont bien été respectées. Une fois l’offre acceptée, vous devez contacter votre notaire pour signer l’acte de vente authentique. Toujours à vos côtés, votre courtier s’assure auprès de la banque comme du notaire que les fonds sont bien débloqués pour le jour J. Le travail d’un courtier immobilier s’arrête donc le jour de la remise des clés !

5 – Le courtier ne facture qu’au succès

La rémunération d’un courtier se divise généralement en deux sources de revenus : la commission d’apporteurs d’affaires, payée par les banques, et les frais de courtage versés par le client :

  • La commission d’apporteurs d’affaires représente entre 0,7 et 1 % du montant emprunté. Elle est versée au courtier en échange de son travail d’analyse du dossier et de l’apport d’un nouveau client.
  • Les frais de courtage, eux, varient en fonction du type de courtier. Pour un courtier traditionnel, ces frais s’élèvent généralement à 1 % du montant du prêt, avec une moyenne située autour de 2 000 €.

Dans les deux cas, le courtier ne touche sa rémunération qu’au succès, autrement dit, qu’après l’acceptation de l’offre de la banque par le client. Cela signifie donc que vous devez payer votre courtier immobilier que si vous signez l’offre de prêt qu’il vous a obtenu ! Si la banque refuse votre dossier ou que vous parvenez à obtenir une autre offre par vous-même (uniquement auprès d’une banque qui n’a pas été démarchée par votre courtier), vous ne payez aucuns frais de courtage.

Découvrez les astuces financières pour les freelances
PER : le nouveau plan d’épargne retraite
miniature de l'auteur

Cette page a été rédigée par

Suivez Andrea sur Twitter chevron droit