Logo calendier blanc Prendre rdv
Logo simulateur blanc Simulateur

7 conseils anti-procrastination

⭐   4.3/5 (12 votes)

👁  680

⌛ 6 minutes

« Tous ceux qui ont accomplis de grandes choses ont vaincu la procrastination. »

Denis St-Pierre

La procrastination est imagée par une jeune femme posant sa tête sur une table de bureau. Son visage est masqué par le mot : "HELP".

Comment arrêter de tout remettre au lendemain ?

Qu’est-ce que la procrastination ?

La procrastination est la tendance à remettre au lendemain, à ajourner, à temporiser les tâches planifiées le jour-même. C’est un état d’esprit très répandu chez les freelances et entrepreneurs qui doivent s’autodiscipliner chaque jour dans l’organisation et l’orchestration de leurs travaux.

Analysons les différentes phases de la procrastination

On distingue six phases durant lesquelles on passe du volontariat à l’action forcée.

  • En phase 1, il y a la volonté de passer à l’action afin de démarrer un projet ou une tâche
  • Apparaît alors en phase 2, le déni, c’est-à-dire la période durant laquelle un entrepreneur individuel ou indépendant va trouver un prétexte quelconque pour reporter le projet ou la tâche à plus tard, face à l’inconfort que représente l’action à faire
  • Arrive ensuite la phase 3 de l’évitement. Comme son nom l’indique, cette phase consiste à éviter la tâche qui doit être faite en se dispersant… en accomplissant des tâches non business ! comme laver la vaisselle ou regarder le dernier épisode de sa série préférée sur Netflix…
  • Très vite arrive la phase 4 de culpabilité, et le moment durant lequel le procrastinateur revient de sa phase d’évitement et réalise alors qu’il a pris du retard…
  • Vient alors la phase 5, la panique. Le freelance réalise alors que le temps qui le sépare de sa deadline est déjà presque écoulé. Le sentiment de culpabilité ainsi que le stress placent le procrastinateur au pied du mur :
    • soit il se laisse envahir par le stress et n’arrive pas à passer à l’action,
    • soit il a une montée d’adrénaline et passe à l’ action immédiatement
  • Dernière phase, la 6ème ! est donc le passage à l’action forcée

Quels sont les différents types de procrastinateurs ?

Je vous propose d’analyser ensemble les différents profils de procrastinateurs, qui sont au nombre de cinq :

Le procrastinateur craintif va sans cesse reporter son travail qu’il trouve ennuyeux ou pénible. Ce type de procrastination est propre aux salariés en poste sur la même mission ou projet de longue date, en manque de feedback ou ayant des tâches répétitives.
Résultat : un manque de motivation et du retard dans la gestion des tâches à effectuer.

Le procrastinateur submergé, il a un profil volontaire et généreux mais accumule une telle charge de travail qu’il ne sait plus estimer l’urgent de l’important, les tâches à déléguer ou supprimer, généralement provenant d’une situation de son fait ou dûe à une charge de travail donnée par sa hiérarchie. On retient qu’être organisé dans son travail, quel que soit son poste ou sa mission, est essentiel pour ne pas se mettre en porte-à-faux vis-à-vis de sa hiérarchie ou de ses clients.

Le procrastinateur imposteur peut faire son apparition lorsqu’il y a un poste difficile à occuper et à conserver. Afin de pouvoir justifier de son aptitude à occuper ce poste, cette personne va alors s’attribuer plus de travail, voire étendre ses heures. Ce qui à la longue peut engendrer une fatigue mentale pouvant aller jusqu’à un état dépressif.

Le procrastinateur perfectionniste, c’est généralement un profil souffrant du manque de confiance en soi, qui craint le regard des autres et le jugement. Ce profil Freelance ou salarié redoute les situations difficiles qui pourraient la mettre en porte-à-faux auprès de son client ou de sa hiérarchie, ce qui induit qu’il passe beaucoup trop de temps sur les détails pour atteindre la perfection, dans l’espoir de recevoir félicitations et feedbacks positifs.

Le procrastinateur chanceux ! Il s’agit de cet étudiant qui s’y prend au dernier moment pour réviser et réussit néanmoins à obtenir de bonnes notes. Dans un cadre entrepreneurial, l’adrénaline du travail fait en last-minute confère au Freelance, une capacité de concentration et une efficacité dans son travail hors norme. D’ailleurs nombre d’indépendants et entrepreneurs m’ont confié n’être efficaces que dans l’urgence et avoir adopté ce mode de travail…

Je pense que ce mode de travail est un véritable “vampire énergétique” et qu’il deviendra contre-productif sur la durée.

Et vous, vous arrive-t-il de procrastiner ? Si c’est le cas, sous quel profil vous reconnaissez-vous ?

Freelances, entrepreneurs individuels, indépendants :
pour vous 7 conseils anti-procrastination

1/ Organiser son travail par étapes

L’indépendant peut être amené à avoir une mission importante à effectuer pour le compte d’une grande entreprise ou de son principal client, et peut dans certains cas être amené à la retarder, la repousser au lendemain.
Pourquoi ? Parce qu’ elle est remplie de sous-tâches.
Par exemple, un entrepreneur devant voyager à l’autre bout de la France pour un salon va devoir vérifier sa disponibilité avant de prévoir les dates, comparer la rentabilité des moyens de transport (train ou avion) et autres tâches administratives. En divisant son travail en sous-parties, tout paraît plus simple et la gestion administrative est beaucoup plus motivante et dynamique.

2/Planifier les tâches

Lorsqu’il y a une deadline importante, pression et stress peuvent engendrer un état de procrastination. Avoir sa propre deadline personnelle de 2 à 3 jours avant la deadline officielle, permet d’alléger sa charge mentale et de perfectionner son travail. Concernant les tâches administratives, les réaliser en premier lieu le matin permet de s’assurer qu’elles soient faites le jour-même et de ne pas y revenir 10 fois dans la journée !

3/Éliminer les sources de distraction

La télévision, le téléphone portable, les réseaux sociaux ainsi que les encas sont bien des tentations auxquelles le freelance doit résister. Ces derniers peuvent perturber la concentration et engendrer de la fatigue. Pour lutter contre la procrastination, il est important d’ être concentré sur ces tâches et consciencieux dans son travail.

4/Changer de lieu de travail

Afin d’accroître sa productivité et d’être plus performant, il existe des espaces de coworking. Rester continuellement dans un même endroit, et en particulier chez soi, sans contact avec l’extérieur ou une communauté d’entrepreneurs peut affecter la créativité et la productivité.

5/ Prendre des temps de pause

Indépendant, freelance, entrepreneur, il est indispensable de s’octroyer des temps de pause dans une journée de travail. Ces derniers ne doivent pas être en rapport avec le travail si possible.
Par exemple sortir, marcher, écouter de la musique, méditer… On peut choisir la méthode POMODORO qui consiste par tranche de 30 min, à travailler 25 min et prendre 5 min de temps de pause, travailler plusieurs heures pour avoir un temps de pause beaucoup plus long ou encore prendre une heure de pause après deux heures de travail. Chacun peut adopter cette méthode en cohérence avec son organisation

6/ S’entourer de personnes inspirantes

Notre environnement de travail et les professionnels qui le compose influent sur nos comportements et nos actions. Un freelance ou un entrepreneur pourra par exemple, rejoindre un espace de coworking et évoluer dans un écosystème. En s’entourant de personnes travailleuses et ambitieuses, cette personne aura au contraire tendance à vouloir progresser, à égaler ses proches voire à performer pour les dépasser. Il y aura une excellente source d’inspiration et de motivation.

7/ Être dans l’action

Tout est une question de motivation et de passage à l’action. Il faut réussir à s’auto-discipliner pour réussir et ne pas subir le fardeau de la procrastination.

Le portage salarial est-il un remède à la procrastination ?

Le portage salarial permet au Freelance de se décharger en grande partie de ces tâches administratives, juridiques et financières, souvent sources de procrastination .

Avis d'une salariée portée de Prium Portage, Estelle L., formatrice en gestion de crise.

Il bénéficie d’une protection sociale au même titre qu’un salarié d’entreprise. Il a aussi droit à un accompagnement juridique, administratif et commercial. La société de portage salarial jouant le rôle d’intermédiaire entre un expert et son client, il se charge également de :

  • Contractualiser avec votre client
  • Facturer le client
  • Recouvrir les règlements
  • Prendre en charge les notes de frais
  • Éditer les bulletins de salaire
  • Verser la rémunération de l’indépendant
  • Réaliser le prélèvement à la source.

Découvrez les bénéfices du portage salarial et son remède anti-procrastination en téléchargeant notre guide du portage salarial.

Faites en direct votre simulation de salaire en portage salarial.

En conclusion, que l’on soit freelance ou salarié, il est important de se bâtir un cadre de travail et de s’attacher à organiser ses tâches, missions, projets, afin de (re)trouver la motivation nécessaire pour rester concentrer et faire aboutir le projet jusqu’au bout.
Il est indispensable de se bâtir un cadre, d’adopter des habitudes afin d’obtenir une concentration optimum.

Une bonne gestion administrative permet de dépolluer et énergiser le cerveau, permettant ainsi d’être plus fonctionnel et performant. L’organisation permettant d’être le mieux dans son fonctionnement est donc à adopter afin de pouvoir profiter pleinement et apprécier son travail.

Je vous recommande la lecture de l’article de Vincent Ribaudo, CEO du groupe Prium sur la matrice d’Eisenhower.

 
Cet article a été écrit en collaboration avec Oriane-Lydie Alleon

 

3 raisons de développer un side project !
12 conseils pour travailler efficacement

1 décembre 2021

miniature de l'auteur

Cette page a été rédigée par

Suivez Géraldine sur Twitter ou Linkedin