Logo calendier blanc Prendre rdv
Logo simulateur blanc Simulateur

Guide touristique en Portage salarial

⭐   0/5 (0 votes)

👁  919

⌛ 6 minutes

Le Guide fait partie des métiers du tourisme et ont la chance de beaucoup voyager pour leur travail. Il se doit d’être capable de parler de différents sujets concernant le trajet comme une anecdote, un monument, le patrimoine culturel, une route ou encore un événement.

Mug avec inscription "Je suis Guide touristique" et logo Prium Portage

Quelles sont les missions du Guide conférencier ?

Les missions d’un Guide sont variées, diversifiées et orientées vers le client de manière cohérente. On retrouve :

  • L’animation de visites guidées pour les conférenciers
  • La réservation de billets d’entrée et des modalités de visite (prise de parole en site clos)
  • Le conseil sur les excursions et les activités touristiques
  • La gestion du groupe et la réponse à leurs besoins
  • La préparation du matériel et le repérage des lieux choisis
  • La relation avec les agences, les clients et les sites touristiques ou prestataires
  • Le conseil sur les hôtels ou restaurants

Quelles compétences pour devenir Guide conférencier ?

Au préalable, il ne faut pas confondre Guide conférencier et Guide accompagnateur. Un Guide conférencier est titulaire d’une carte professionnelle suite à l’obtention d’un diplôme national de Guide Conférencier. Cette qualification lui permet d’animer des visites au sein des musées, château et autres site clos contrairement au guide accompagnateur qui ne pourra prendre la parole qu’en site ouvert.

Un Guide doit être disponible, dynamique et chaleureux. La courtoisie et le sens du relationnel sont aussi de mise. Le Guide est un passionné et un pédagogue qui connaît sur le bout des doigts les lieux qu’il fait visiter à ses clients. C’est une personne organisée et débrouillarde qui possède une grande curiosité, une aisance pour les langues et un esprit d’initiative. Le Guide possède la capacité à savoir garder son sang-froid et son calme lors de situations compliqués (par exemple avec certains visiteurs difficiles).

Le métier de Guide n’est pas de tout repos. Il faut aussi savoir faire preuve d’une grande disponibilité, notamment pendant les périodes où le tourisme est le plus intense comme par exemple, pendant les périodes de vacances scolaires, les week-ends et jours fériés. Selon ses différentes missions, le Guide touristique peut être amené à voyager plus ou moins. Si son travail est saisonnier, il peut aussi travailler une semaine complète sans aucun jour de repos.

Quelle est la rémunération d’un Guide conférencier ?

Le métier de guide n’est pas comparable à un poste à évolution. Il n’existe pas d’échelon salarial « junior/senior ». La rémunération est variable selon le statut (conférencier ou accompagnateur) et de la région (certaines attirent plus de visiteurs que d’autres). Le conférencier ayant un droit d’exercice plus étendu qu’un accompagnateur, sa rémunération est donc plus élevée. Dernier facteur propre au guide indépendant, ce dernier choisi sa tarification à l’heure ou à la journée à la hausse ou à la baisse suivant les saisons. L’été étant plus propice aux visites, l’hiver reste une activité partiellement en sommeil.

Quel statut pour un Guide conférencier freelance ?

La grande majorité des guides travaillent en indépendant, car ils sont payés à l’excursion. C’est souvent le statut d’auto-entrepreneur (micro-entreprise) qui les attire, car il est souple, rapide à mettre en place et il bénéficie d’une fiscalité allégée. D’autres se lancent sous le statut d’entreprise (EIRL, EURL) ou de société (SAS ou SASU) pour protéger leur patrimoine personnel et développer leur activité sans plafond de chiffre d’affaires.

Quels sont les avantages du Portage salarial pour un Guide conférencier ?

En amont des visites, il arrive que le Guide ait besoin de réserver des billets ou des modalités de visite pour ses clients. En revanche, il n’est pas autorisé à réserver des hébergements, des prestataires (car, mini-bus, restaurants…); il ne peut que conseiller. La planification et la partie administrative (si besoin) sont réservées aux agences. Le Guide ne se consacre qu’à l’accompagnement et aux visites. Le Guide indépendant, de la même manière, il ne peut que conseiller les clients à réserver par eux-mêmes les transports, les hébergements et les prestataires.

Grâce au Portage salarial – entre les visites, les déplacements, la prospection auprès des agences et de nouveaux clients – le Guide va connaître un allègement important de son temps ! La société de Portage salarial va s’occuper pour lui, de toute la gestion juridique et sociale de son activité.

De ce fait, le Guide, totalement libéré de toutes ces contraintes administratives et comptables, va pouvoir se consacrer sur l’essentiel : offrir la meilleure expérience de visite possible à ses clients tout en bénéficiant des protections sociales.

Le Portage salarial va aussi permettre au Guide de profiter de nombreuses assurances, notamment d’une responsabilité Civile Professionnelle. Cette assurance va permettre de protéger le Guide de tous dommages matériels comme immatériels et de tout accident causé au tiers en cours de ses visites. Elle permet également l’indemnisation éventuelle de la victime du préjudice. Avec cette RCPro, le Guide touristique pourra exercer son activité de façon paisible et détendue.

Autre point et non des moindres, en étant salarié porté, la société de Portage salarial s’occupe des relances en cas d’impayé de votre client.

Interview de Céline Parre, guide conférencière

 

Quel est votre parcours ?

Je suis née en Champagne où j’ai commencé à être guide en auto-didacte. Ensuite, je suis venue à Paris, je me suis formée et j’ai passé ma carte de guide conférencière. Ça fait environ 15 ans que je travaille.

Pourquoi avoir choisi le métier de guide conférencière ?

J’ai fréquenté le monde du voyage quand j’étais jeune. Mes parents ont travaillé un petit peu dans ce monde et je trouvais fantastique de voir les guides qui expliquaient et partageaient avec les gens. Ils les emmenaient découvrir d’autres cultures aussi. J’ai choisi ce métier pour toutes ces raisons : pour fréquenter le monde de l’art, de l’architecture et d’être dehors avec la nature, être en mouvement.

Comment approfondissez-vous vos connaissances ?

Nous les guides, nous devons vraiment apprendre et toujours avoir cette connaissance : actualiser nos connaissances. Il y a toujours de nouvelles expositions, les oeuvres bougent. Il y a toujours de nouveaux sites à découvrir. La saison basse, en hiver, nous permet de lire, de regarder des films, des documentaires, d’enrichir nos connaissances pour mieux attaquer les hautes saisons.

Proposez-vous des lieux insolites ?

Dans les lieux insolites, citons le musée Nissim de Camondo, le château de Malmaison, Auvers-sur-Oise, le château Gaillard, la Champagne, les vignobles. À Paris même, nous avons des petits villages méconnus : le petit village de Passy, le parc Monceau, la plaine Monceau, le village de Charonne ou encore le village de Bercy.

Avez-vous une anecdote à partager ?

J’ai eu l’année dernière une famille américaine qui se rendait à Omaha Beach, seule, pour marcher sur les pas de leur père qui était mort quelques mois auparavant. C’était une famille adorable qui avait pleuré dans mes bras. J’avoue avoir aussi été submergée par l’émotion, j’ai pleuré avec eux.

Comment préparez-vous l’après crise sanitaire ?

Après le Covid-19, c’est de reprendre. De reprendre avec la clientèle locale, de retrouver les quartiers de Paris, de retrouver les visites à pieds. De retrouver aussi les expositions temporaires comme l’exposition Turner qui est absolument superbe au musée Jacquemart-André. Expliquer cet artiste anglais assez méconnu finalement, et qu’on a dû mal à comprendre par soi-même, pour donner un côté sensoriel, un éclairage sur son travail, son oeuvre. Donner toute cette impression de voyage que l’on retrouve dans ses tableaux. Et, j’attends avec impatience l’exposition sur Coco Chanel au Palais Galliera qui viendra à l’automne.

Quelles formules proposez-vous pour les visites ?

Mes visites vont de 1h30 à 1 semaine. Il m’est arrivé de partir en circuit avec des clients pendant 1 semaine, de traverser toute la Normandie, toute la Bretagne, de revenir par Fontainebleau et de finir à Paris.

Une oeuvre qui vous représente

La Diane du Louvre, une très belle statue de femme libre dans la nature qui court avec un petit chevreuil à côté d’elle.

Pourquoi avoir choisi le Portage salarial en freelance ?

Si je n’étais pas en Portage salarial, cela me prendrait du temps. En tant qu’auto-entrepreneur, cela me prendrait plus temps et je n’ai pas les capacités. C’est une chose que je ne sais pas faire d’organiser toute cette partie administrative et qui ne m’intéresse pas vraiment.

Pourquoi avoir choisi la société Prium Portage pour vous accompagner ?

J’ai trouvé Prium Portage après avoir fait un peu mes recherches sur une société de portage salarial qui pourrait être à l’écoute et m’aider au quotidien. J’ai appelé Prium Portage et ils ont su me rassurer, m’expliquer et répondre à toutes mes questions. Ils ont gagné ma confiance d’où mon choix pour Prium Portage

Femme présentant le Portage salarial
Guide du Portage salarial
Offre de Portage pour freelances
Une calculatrice et un crayon en papier sont posés sur un bulletin de paie.
Comment fixer son TJM (taux journalier moyen)?

2 septembre 2021

Catégorie(s) : Métiers

miniature de l'auteur

Cette page a été rédigée par

Suivez Hélène sur Twitter ou Linkedin