Interview de Bertrand Carbonneaux, musicien

28 août 2020

0/5 (0 votes)

Vues : 60

Photo portrait de Bertrand Carbonneaux aka HarmoChopin, musicien

Découvrez Bertrand « HarmoChopin » Carbonneaux, musicien passionné qui propose des cours en ligne sous le statut d’entreprise individuelle (après avoir été en micro entreprise).

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Bertrand « HarmoChopin » Carbonneaux. J’ai créé une autoentreprise en janvier 2013 pour donner des cours privés et des cours en ligne en apprentissage de l’harmonica, du piano et des mathématiques (enseignement culturel). Aujourd’hui, le gros de mes activités repose sur mon école de musique : cours et formation pour apprendre à jouer de l’harmonica sur une plate-forme, en ateliers collectifs via webcam et en présentiel (cours particuliers, stages…). Je fais aussi de l’achat-revente d’harmonicas, à la marge de mes cours.

Sous quelle structure juridique travaillez-vous ?

Je suis sorti du régime autoentrepreneur en janvier 2016, à mon grand dam : l’URSSAF m’avait certifié que mes cours en ligne étaient considérés comme des ventes de produits et que je ne devais pas dépasser 80.000 € de CA annuel, incluant 32.000 € de prestations de services annexes. Donc, pas 80.000 € + 32.000 € mais 80.000 € dont 32.000 €. Or il s’avère que, comme j’avais créé mon autoentreprise pour faire essentiellement de la prestations de services, le plafond était pour moi de 32.000 €, même si je donnais de moins en moins de cours en présentiel et de plus en plus en ligne… En fait, après vérification auprès des Impôts, il s’avère que donner des cours en ligne ou en présentiel, cela revient au même, c’est de la prestation de services. Bref, ayant réalisé 42.000 € de CA en 2015, je suis sorti du régime autoentrepreneur et me suis retrouvé en Entreprise Individuelle, profession libérale.

L’avantage de l’autoentreprise, c’est que, bien que je ne pouvais pas déduire mes charges de fonctionnement de mon CA, je ne payais que 25% de charges. En Entreprise Individuelle, je dois :

  • payer la TVA aux Impôts (20% de mon CA),
  • payer des charges sur mes revenus (50% de mon CA HT),
  • payer des charges fiscales,
  • cotiser à la CIPAV (2.400 € par an),
  • cotiser à la MAE (je ne sais pas encore combien).

Au final, ce sont 75% de charges cumulées. Comme je n’ai pas beaucoup d’investissement, je ne peux pas récupérer de TVA (ou si peu). Pour 60 h à 72 h de travail par semaine, il faut que je sois vraiment passionné pour poursuivre et tenter de trouver plus d’élèves.

Quels conseils donneriez-vous à celui / à celle qui souhaite s’installer en indépendant ?

Le conseil que je donnerais à un indépendant qui voudrait se lancer, c’est de vivre avec un(e) salarié(e) pour assurer un revenu fixe mensuellement et de s’arranger pour ne jamais sortir du régime autoentrepreneur. Ou de quitter le pays pour aller vivre dans un pays où l’Etat ne matraque pas les petits entrepreneurs, ce que je ne me résous pas à faire actuellement.

Un grand merci à Bertrand « HarmoChopin » Carbonneaux pour sa disponibilité !

Retrouvez Bertrand et son école d’harmonica sur les réseaux sociaux :

miniature de l'auteur

Cette page a été rédigée par
Vincent Ribaudo, Directeur général de Prium Portage
Suivez Vincent sur Twitter chevron droit