Illustrateur en Portage salarial

0/5 (0 votes)

Vues : 744

Mise à jour le 18 juin 2020

OUI, le métier d’Illustrateur est éligible en Portage salarial.

L’illustrateur est un créateur graphique qui traduit des textes en images. Ces textes peuvent être des articles de presse, des couvertures de livre, des publicités et même parfois des jeux vidéos. L’illustrateur est le garant de la traduction visuelle d’un titre. Il travaille en étroite collaboration avec l’auteur ou l’ éditeur.

Qu’est-ce qu’un illustrateur ? Quelles sont les compétences requises pour ce poste ? Comment le devenir ? Comment se rémunère un illustrateur ? Quelles sont les perspectives d’évolution ? Sous quel statut peut-il exercer son métier en freelance ?

Mug avec inscription

Qu’est-ce qu’un illustrateur ?

L’illustrateur est là pour travailler le côté visuel d’un message. Son objectif est de mettre en images un texte ou un slogan, et de donner vie à des affiches ou à des illustrations de livres. Il s’imprègne de l’univers décrit pour inventer un univers d’illustration qui correspondra et qui réussira à véhiculer un message et susciter des émotions auprès d’une cible.

C’est un métier qui peut s’exercer dans différents domaines et en général, les clients principaux d’un illustrateur sont les maisons d’édition, les agences de publicité, de communication et de presse. 

Ses supports sont tout aussi variés, ces derniers peuvent aller du print (livre, presse papier, plaquette et affiche), au multimédia et à l’audiovisuel. Aujourd’hui, avec l’avènement du digital, l’illustrateur se sert de plus en plus d’outils informatiques tels que les logiciels et applications spécialisés.

Missions d’un Illustrateur

La mission principale de l’illustrateur est de véhiculer des messages, des idées par le dessin. Pour ça, il intègre une équipe et collabore avec d’autres professionnels comme les directeurs artistiques, les éditeurs ou encore les auteurs.

L’illustrateur fait énormément de travail en amont, car il amené à travailler sous certaines restrictions et contraintes comme par exemple le support ou les couleurs choisis par son client. Après une rencontre avec son client, l’illustrateur :

  • Établi un cahier des charges composé du support à utiliser, d’une charte graphique et de la date de livraison de la commande. Malgré ce cahier des charges, l’Illustrateur dispose d’une grande liberté pour créer et peut donc s’approprier de façon assez libre le texte qu’il doit illustrer.
  • Propose des croquis et des esquisses faites en utilisant différentes techniques (tel que le dessin, l’aquarelle, la photo, etc.) et différents outils informatiques et logiciels de conception graphique.
  • Passe à la phase de colorisation sur une table à dessin ou à l’aide d’une palette graphique sur un ordinateur.

Compétences d’un Illustrateur

L’Illustrateur est un créatif à l’imagination débordante. Talentueux et dessinateur souvent hors pair. Il fait preuve d’une bonne culture générale et d’une forte curiosité, ce qui lui permet de toujours arriver à porter un regard neuf et pertinent sur son travail et le monde qui l’entoure. 

C’est aussi une personne rigoureuse qui sait respecter les délais imposés. La plupart du temps, il travaille en suivant les consignes bien précises présentent dans un cahier des charges, élaboré en collaboration avec un directeur artistique : il est donc habitué à travailler de façon encadrée. Sa capacité d’analyse et de synthèse lui permet de comprendre et répondre au mieux aux attentes de ses clients. 

L’illustrateur est une personne polyvalente qui connaît toutes les différentes techniques liées au dessin que ce soit la plume, l’encre de Chine, les feutres, les crayons, le fusain ou encore l’acrylique. Il est aussi bien à l’aise sur papier que sur un ordinateur ou une tablette. De nos jours, les illustrateurs possèdent des connaissances approfondies des logiciels de création graphique. Ils maîtrisent toutes les techniques technologiques qui se trouvent au carrefour de l’infographie et de l’artistique : le PAO (La publicité assistée par ordinateur), le CAO (La conception assistée par ordinateur) et le DAO (Le dessin assisté par ordinateur). 

Avoir un esprit de commercial permet à l’illustrateur de réussir à vendre ses compétences et sa singularité dans ce secteur où la concurrence est de rigueur.

Vous souhaitez devenir illustrateur ? Quelles sont les formations possibles ?

Même si de nombreux illustrateurs sont des autodidactes qui se forment « sur le tas » et qui n’ont pas suivi de formation particulière, il en existe de très nombreuses qui donnent accès au métier. La plupart du temps un bac technologique STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués), suivi d’une formation de niveau bac +2 (BTS ou DMA) ou de l’admission dans une grande école d’art comme l’École Nationale Supérieure des beaux-arts de Paris constitue un bon atout pour se lancer. 

Le diplôme national des arts décoratifs de concepteur-créateur de l’École Nationale Supérieure des arts décoratifs (Ensad) et le diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP) options communication ou design se préparent en 5 ans et sont bien appréciés dans le milieu de l’illustration.

Des écoles privées de graphisme peuvent aussi constituer une bonne formation. On parle alors de l’École de Condé, l’Esag à Paris, l’École Emile Cohl à Lyon ou encore l’École d’arts appliqués de Poitiers.

Il existe aussi un bon nombre de formations continues qui offrent aux professionnels déjà diplômés de nouvelles spécialisations comme la certification dessinateur en images fixes et animées (à l’ENseignement aux Arts Appliqués et à l’Image), les stages organisés par l’Ensad (ceux d’image imprimée ou de design graphique) ou les stages de l’École Emile Cohl (ceux de narration et mise en scène d’un personnage en illustration jeunesse).

La rémunération d’un Illustrateur

La rémunération d’un illustrateur dépend de plusieurs variables. En tant qu’indépendant, votre rémunération dépendra de vos négociations et des contrats que l’on vous propose. 

Le travail d’un illustrateur est souvent fait à la commande, de ce fait, sa rémunération peut aller de quelques centaines d’euros à plus de 4 000 euros nets mensuels. Pour un album pour enfant qui compte entre 16 et 32 pages, sa rémunération peut être entre 1 000 et 4 000 euros hors droits. Autre exemple, pour une couverture de roman, selon l’éditeur, l’Illustrateur peut compter entre 150 et 600 euros alors que pour une illustration dans la presse, il peut compter au minimum 77 euros le dessin (ce tarif reste toutefois très variable selon la taille de l’image et le tirage du magazine).

On peut aussi évoquer 4 formes possibles de rémunération pour l’illustrateur :

  • Les honoraires de prestations : ce sont des montants perçus qui correspondent à la réalisation et à la validation d’une commande client.
  • Les droits d’auteur : c’est un revenu complémentaire lié aux droits d’auteur s’il n’a pas cédé les droits à son client.
  • Les avances sur droits d’auteur : ce sont des avances que les illustrateurs perçoivent au cours d’un projet.
  • La cession des droits d’auteur : c’est un montant convenu avec les clients qui demandent une cession des droits d’auteur afin de bénéficier de l’entière utilisation des illustrations produites.

Quelles perspectives d’évolution pour l’Illustrateur ?

Les débouchés et les perspectives d’évolution ne manquent pas, car le métier d’illustrateur est très vaste et demandé

L’illustrateur peut décider de se spécialiser dans un type de produit comme la BD ou encore les livres pour enfants dans le but d’agrandir sa notoriété dans un milieu professionnel. Il peut aussi décider de travailler pour des entreprises de communications, de publicités, de presse ou encore pour des studios de création graphique.

L’illustrateur peut également occuper une activité complémentaire comme donner des cours d’illustration.

Le statut de l’Illustrateur en Freelance

Un illustrateur est très rarement salarié, il travaille la plupart du temps avec le statut d’artiste-auteur. Le statut d’artiste-auteur est un statut qui permet aux auteurs d’œuvres littéraires et dramatiques, musicales et chorégraphiques, audiovisuelles et cinématographiques, photographiques, graphiques et plastiques, ainsi qu’aux auteurs de logiciels d’exercer à titre indépendant une activité de création. Ils ont un droit de propriété littéraire et artistique sur leurs œuvres, et sont susceptibles de percevoir à ce titre des droits d’auteur. Ils bénéficient aussi d’un régime social et fiscal particulier. Mais même avec ce statut d’artiste-auteur, l’Illustrateur devra quand même créer une entreprise et choisir un statut juridique. Il peut décider d’exercer avec une micro-entreprise (auto-entrepreneur) ou de créer une société unipersonnelle (SASU, EURL). Le Portage salarial est une alternative qui peut lui permet d’exercer sans avoir à créer de société, tout en bénéficiant du statut de salarié.

Dans tous ces cas, l’illustrateur doit obligatoirement choisir entre deux possibilités pour être connu de l’État : 

  • La Maison des artistes.

Créée pour tous les artistes qui conçoivent et créent pour plusieurs types de supports tels que l’édition, la presse, les livres, la communication, la publicité. C’est un organisme qui est habilité à prélever les charges sociales URSSAF sur les rémunérations directes perçues. 

  • L’Agessa.

C’est un organisme qui a été créé pour les artistes dont les revenus sont issus principalement de l’illustration et de la rédaction de livres.

 

Il est aussi important de savoir que lorsque l’illustration est cumulée avec une activité salariée, il est exigé de déclarer les revenus artistiques et de payer les charges.

 

Comment trouver des clients et des missions ?

Pour trouver des clients et des missions, l’illustrateur doit prendre soin de son réseau afin de se faire connaître au maximum. Il peut alors commencer par prospecter dans son réseau personnel : les amis, la famille, les anciens collègues ou encore les anciennes entreprises dans lesquelles il a travaillé par le passé. L’idéal est de réussir à mobiliser le réseau de son réseau en demandant à son réseau des mises en relation. Cette technique est très efficace même si elle dépend beaucoup de la qualité du réseau personnel. 

Une autre possibilité reste le réseautage et le partenariat avec d’autres freelances. La technique imparable est de s’entourer de freelances qui font partie de son secteur d’activité et d’autres freelances qui, eux, ne font pas partie de son secteur d’activité comme un journaliste ou un développeur par exemple. Cette technique permet de se créer un réseau d’affaires.

L’une des étapes primordiales, lorsque l’on démarre dans l’illustration, est celle de la création d’un portfolio. Créer un portfolio, de préférence numérique (donc sous la forme d’un site internet ou d’un blog) permet de montrer son talent et ses dernières créations de façon simple, moderne et interactive. Cette étape est importante car ce portfolio représente pour l’artiste ce que le CV peut représenter pour n’importe quelle personne classique qui cherche un emploi. 

Il est aussi important que l’illustrateur développe sa présence en ligne. Les réseaux sociaux sont très utiles dans le processus de création d’une identité et d’une image de marque forte et pérenne. Utiliser les réseaux sociaux permettra à l’illustrateur de toucher son public cible de façon directe : l’idée est de poster régulièrement ses créations, ses nouvelles aventures et de rejoindre des groupes de professionnels ou même d’amateurs en rapport avec son activité pour rencontrer des partenaires, des freelances et des entreprises qui pourraient nécessiter vos services.

Utiliser des plateformes de mise en relation de porteurs de projets et d’illustrateurs freelance  peut simplifier la tâche de la recherche de missions et être une bonne alternative pour  trouver ses premiers clients. C’est un véritable gain de temps car l’illustrateur est sûr de trouver des clients qui ont des besoins. Il existe 4 principales plateformes dédiées aux créatifs : Graphiste.com, GraphistesOnline , Talents Around et Creads

 

Les avantages du Portage salarial pour l’Illustrateur

Pour l’Illustrateur, habitué à négocier ses honoraires et ses droits d’auteur seul, il pourra maintenant, en devenant salarié porté, s’appuyer sur des experts de la gestion juridique, sociale et financière mis à disposition par sa société de Portage. Cette prise en charge des aspects administratifs permettra à l’Illustrateur de : 

  • Booster son activité et de développer ses revenus plus facilement et plus rapidement.
  • Se concentrer totalement sur ses missions et sur la recherche de nouveaux clients (de lui-même ou grâce à l’aide du réseau de sa société de Portage)

En étant un salarié porté, l’Illustrateur pourra garder son autonomie et sa liberté de travail (essence du travail en freelance) et obtenir les mêmes avantages qu’un salarié classique tel que : 

  • Un contrat de travail (CDI ou CDD).
  • Des bulletins de salaire chaque mois.
  • Une protection sociale (chômage, retraite, prévoyance et mutuelle).

N’hésitez pas à consulter notre offre de services pour les Freelances !

étoile Je note cette page
miniature de l'auteur

Cette page a été rédigée par
Hélène Diep, Présidente de Prium Portage
Suivez Hélène sur Twitter chevron droit

Vous souhaitez en savoir plus ? 

Femme avec points d'interrogation: le Portage est-il fait pour moi ?
Quiz: le Portage salarial est-il fait pour moi ?
Femme présentant le Portage salarial
Guide du Portage salarial
Femme présentant l'offre de service en Portage salarial de Prium Portage
Offre de Portage pour freelances
Une calculatrice et un crayon en papier sont posés sur un bulletin de paie.
Fixer son TJM
Interviews de 5 salariés portés sur le Portage salarial
Paroles de salariés portés